Couscous à l’aïl

Aïe aïe aïe de l’aïl ? Non, miam miam miam ! L’odeur de l’aïl est, selon mes papilles tout du moins, enivrante, réveilleuse d’appétit, salivante… slurp
En plus c’est bon pour la santé !! … Pas terrible pour l’haleine, certes, considérons cela comme une aide pour être fidèle : il suffit d’ouvrir la bouche pour être débarrassée des dragueurs…

Du couscous ? Yeah couscous poweeer ! J’ai appris le faire avec les deux Mohameds de ma vie :
mon ami algérien et aussi… mon mari marocain love
C’est pas si compliqué que ça [surtout avec les conseils de deux mamans arabe et berbère transmis par l’intermédiaire de mes deux Mohameds], il faut juste un peu de temps.
Les tajines aussi j’ai appris, avec mon berbère de mari seulement cette fois.
Et j’avais bousculé un peu ce plat venu de l’autre côté de la Méditerranée en y ajoutant des champignons (très bon). J’avais envie de faire la même chose avec le couscous, le chahuter un peu…

L’équation s’est faite : j’aime l’aïl et j’avais envie d’innover dans les couscous. Donc va pour un couscous à l’aïl !

Les ingrédients :

couscous_ail_ingredients

How to ?

Mettre la semoule dans un grand plat, mouiller complètement d’eau, vider l’eau en penchant le plat [lentement et en retenant la semoule pour pas qu’elle se sauve… à moins que vous vouliez tester une nouvelle marque de débouche-évier !]. Bien étaler la semoule dans le plat et laisser sécher (10-15 min environ). Une fois que la semoule est sèche, l’égrainer avec une fourchette [ou vos doigts ou ce que vous voulez du moment que c’est propre, lol].

couscous_ail_semoule

Pendant ce temps, vous aviez mis de l’eau dans la couscoussière et vous avez pas oublié d’allumer le gaz ou la plaque électrique… sifle Vous mettez la semoule séchée et égrainée dans le haut de la seksoussière [en berbère couscous se dit « seksou »… et couscoussière ? Euh, j’ai oublié ! Vive les néologismes et le franbère]. Vous mettez le couvercle, et c’est parti pour 15 minutes.

Vous mettez la semoule dans votre grand plat, vous ajoutez selon votre goût : du sel, du cumin en poudre, du beurre ou de l’huile d’olive et vous égrainez à la fourchette si nécessaire [l’objectif n’est pas créer des blocs de semoule agglomérée…]. Vous remettez dans la couscoussière pour 20 minutes. Puis voila votre semoule est prête !

La sauce, je l’ai faite dans une casserole à part, en faisant revenir doucement les oignons et l’ail, seuls d’abord, puis avec les tomates et des épices. Et aussi les crevettes décortiquées, oups, j’allais oublier… Ce que j’ai vraiment oublié par contre, c’est de profiter de l’eau de la couscoussière pour y faire cuire des œufs durs en même temps ou des pommes de terre.

Dégustation :

Le résultat est pas mauvais, mais les oignons étaient de trop car ils cachaient un peu le goût de l’ail ou alors les gousses d’ail qui n’étaient pas assez nombreuses à mes papilles d’aïlcolique. A re-tester, peut être en enlevant les oignons, et peut être en ajoutant un ingrédient, un carotte ?

couscous_ail_degustation_1

Voila, une petite innovation dégustée avec un petit verre de « arou » (du lait fermenté, en berbère) devant un bon feu de boissifle

Partager